moderne


moderne

moderne [ mɔdɛrn ] adj.
• 1361; bas lat. modernus, de modo « récemment »
Qui est du temps de la personne qui parle ou d'une époque relativement récente. I
1Actuel, contemporain. « pour un homme du XIII e siècle, le gothique était moderne » (Malraux). L'époque moderne. La société moderne. Dans ce dictionnaire, on désigne par moderne (mod.) les mots et les emplois vivants de nos jours (opposé à vieux, vieilli).
2Qui bénéficie des progrès récents de la technique, de la science. 2. neuf, nouveau, récent. Équipement moderne d'une entreprise. Tout le confort moderne. Les progrès de la médecine moderne. Les mathématiques modernes.
3(Surtout dans le domaine des arts) Qui est conçu, fait selon les règles, les habitudes contemporaines; qui correspond au goût, à la sensibilité actuels. L'art moderne. Musique, théâtre moderne. Architecture moderne.
Le style moderne, ou ellipt le moderne, caractéristique de l'époque contemporaine. ⇒ design. Préférer le moderne à l'ancien.
4(Personnes) Qui tient compte de l'évolution récente, dans son domaine; qui est de son temps. Une grand-mère moderne (cf. Dans le vent, à la page).
II(Opposé à ancien, antique)
1Qui appartient à une époque postérieure à l'Antiquité. Les temps modernes : le Moyen Âge et l'époque contemporaine. Le grec moderne.
Subst. Les anciens et les modernes : les grands écrivains de l'Antiquité et des temps modernes. La querelle des anciens et des modernes, des partisans des uns et des autres.
2Hist. Époque moderne et par ext. histoire moderne, de la fin du Moyen Âge (traditionnellement fixée à 1453, chute de Constantinople) à la Révolution française (1789), début de l'époque « contemporaine ».
3(1906) Enseignement moderne, qui intègre l'enseignement des sciences, des langues vivantes (opposé à classique). Lettres modernes.
⊗ CONTR. Dépassé, obsolète, traditionnel, vieux. Ancien, antique, classique.

moderne adjectif (bas latin modernus, du latin classique modo, récemment) Qui appartient au temps présent ou à une époque relativement récente : Science moderne. Peintres modernes. Qui bénéficie des progrès les plus récents : Équipement très moderne. Qui est fait selon les techniques, les règles et le goût contemporains, par opposition à ancien : Appartement moderne. Qui s'adapte pleinement aux innovations de son époque, qui est de son temps : Avoir des idées modernes. Qui, dans l'enseignement des humanités, s'oppose à classique (langues anciennes) : Lettres modernes. Se dit de l'état d'une langue dans son usage actuel, par opposition à vieilli, ancien, classique. Se dit de l'art dans ses formes qui se veulent les plus novatrices à chaque époque, et notamment au XXe s. (cubisme, abstraction, architecture fonctionnelle, etc.) Se dit parfois de l'ensemble des arts, en Occident, à partir de la Renaissance. Se dit d'une partie récente (addition, réfection, reconstruction, généralement du XIXe ou du XXe s.) dans un édifice, une sculpture, un objet d'art anciens. ● moderne (citations) adjectif (bas latin modernus, du latin classique modo, récemment) Léon Bloy Périgueux 1846-Bourg-la-Reine 1917 [Le monde moderne] : une Atlantide submergée dans un dépotoir. Le Désespéré Mercure de France Émile Michel Cioran Răşinari, près de Sibiu, 1911-Paris 1995 Être moderne, c'est bricoler dans l'Incurable. Syllogismes de l'amertume Gallimard Arthur Rimbaud Charleville 1854-Marseille 1891 Il faut être absolument moderne. Une saison en enfer, Adieu moderne (expressions) adjectif (bas latin modernus, du latin classique modo, récemment) Histoire moderne, celle qui concerne la période englobant les trois siècles dits « classiques », de la Renaissance à la fin du XVIIIe s. Mouvement moderne, en architecture, synonyme de style international. ● moderne (synonymes) adjectif (bas latin modernus, du latin classique modo, récemment) Qui bénéficie des progrès les plus récents
Synonymes :
- inédit
- récent
- révolutionnaire
Contraires :
- dépassé
- désuet
- vétuste
Qui est fait selon les techniques, les règles et le...
Synonymes :
- à la page
- in (familier)
- up to date (familier)
Contraires :
- suranné
Qui s'adapte pleinement aux innovations de son époque, qui est...
Synonymes :
- présent
Contraires :
- dépassé
- désuet
- passé
moderne nom Écrivain, artiste de l'époque contemporaine. Au XVIIe s., partisan exclusif des écrivains modernes. ● moderne nom masculin Ce qui est moderne ou dans le goût moderne. Mobilier contemporain : Se meubler en moderne.

moderne
adj. et n. m.
d1./d Actuel, de notre époque ou d'une époque récente. Les auteurs modernes.
|| n. m. LITTER Les modernes: les écrivains contemporains (au XVIIe s.), par oppos. aux écrivains de l'Antiquité, les anciens.
d2./d HIST Histoire moderne: histoire comprise entre la prise de Constantinople (1453) ou la découverte de l'Amérique (1492) et la Révolution française (1789).
d3./d Nouveau, récent. Tout le confort moderne.
|| n. m. Le moderne: l'ameublement contemporain (par oppos. à rustique, à de style).
d4./d Qui est de son époque, qui est au goût du jour. Jeune femme moderne.
d5./d DR Droit moderne: dans les états issus de la décolonisation, droit inspiré du droit occidental (par oppos. au droit traditionnel).

⇒MODERNE, adj. et subst.
I. Adjectif
A. —[L'idée dominante pour le locuteur est celle de présent ou de proche passé] Qui existe, se produit, appartient à l'époque actuelle ou à une période récente. Synon. actuel, contemporain; anton. ancien, passé.
1. [Le subst. désigne une réalité abstr. ou concr. en relation avec la vie sociale] Époque, vie moderne; État, nation moderne; guerre, histoire moderne; capitalisme, économie moderne; humanisme, pensée moderne. On n'envisage d'ordinaire la science que par ses résultats pratiques et ses effets civilisateurs. On découvre sans peine que la société moderne lui est redevable de ses principales améliorations (RENAN, Avenir sc., 1890, p.22). Les hommes ont été influencés par le mode de vie, l'habitat, la nourriture, l'éducation et les habitudes intellectuelles et morales, que leur a imposés la civilisation moderne (CARREL, L'Homme, 1935, p.19):
1. ... voici qu'aujourd'hui le respect de l'homme, condition de notre ascension, est en péril. Les craquements du monde moderne nous ont engagés dans les ténèbres. Les problèmes sont incohérents, les solutions contradictoires. La vérité d'hier est morte, celle de demain est encore à bâtir.
SAINT-EXUP., Lettre otage, 1943, p.403.
[Avec une connotation méliorative, péj. ou iron.] C'est (bien, très) moderne. Le premier commis (...) a signifié aujourd'hui à son patron sa démission... par le téléphone. Oui, par le téléphone! c'est bien moderne n'est-ce pas? ce congé qui coupe toute explication (GONCOURT, Journal, 1882, p.140). Andermatt, ravi, s'écria: — Tiens, tiens, c'est très fort, cela, très ingénieux, très nouveau, très moderne. «Très moderne», entre ses lèvres, était le comble de l'admiration (MAUPASS., Mt-Oriol, 1887, p.14).
2. [Le subst. désigne un produit de l'activité hum.] Qui est, a été réalisé depuis peu de temps et souvent d'une manière différente de ce qui avait été fait précédemment; qui est représentatif du goût dominant de l'époque. Bâtiment, mobilier moderne; aménagements, décoration moderne(s). Des scarabées bleus parfois montés en bracelets modernes (BARRÈS, Cahiers, 1907, p.194). Dans les vitrines modernes du musée, verre, acier et aluminium, tout était en ordre (MALRAUX, Espoir, 1937, p.601):
2. La boutique (...) était une sorte de boyau noir, une de ces charcuteries douteuses des vieux quartiers (...) et la jeune femme rêvait une de ces claires boutiques modernes, d'une richesse de salon, mettant la limpidité de leurs glaces sur le trottoir d'une large rue.
ZOLA, Ventre Paris, 1873, p.652.
En partic.
a) Domaines des sc., des techn. Qui bénéficie, témoigne des progrès effectués dans ces domaines. Synon. avancé, perfectionné; anton. désuet, périmé. Appareil, matériel, machine moderne; procédés, techniques modernes. Aujourd'hui, le confort moderne réclame le chauffage central, l'électricité, le téléphone (BARRÈS, Cahiers, 1923, p.256). Tous ces membres de l'Institut eurent beau jeu à lui expliquer cette invention moderne, prodigieuse, la bicyclette (GIRAUDOUX, Bella, 1926, p.177):
3. M. Eden remarquait un jour «que la guerre actuelle rapetissait la terre». Cela est profondément vrai. La vitesse, la puissance, le rayon d'action des engins de combat modernes tendent à faire de notre globe un seul et même champ de bataille.
DE GAULLE, Mém. guerre, 1954, p. 676.
♦[Le subst. désigne le domaine lui-même] Architecture, industrie moderne; biologie, chirurgie moderne. La médecine scientifique moderne est donc fondée sur la connaissance de la vie des éléments dans un milieu intérieur (Cl. BERNARD, Princ. méd. exp., 1878, p.273). C'était la cathédrale du commerce moderne, solide et légère, faite pour un peuple de clientes (ZOLA, Bonh. dames, 1883, p.612):
4. De mon côté, je construisis deux fermes, autant pour mettre en culture mes terres vaines et vagues que pour enseigner par l'exemple les utiles méthodes de l'agriculture moderne. En six semaines, le bourg s'accrut de trois cents habitants.
BALZAC, Méd. camp., 1833, p.43.
Mathématiques modernes.
b) Domaines des arts, de la cult. Qui ne s'inspire pas des réalisations antérieures par les principes, les règles établies; qui est d'une facture nouvelle et apporte quelque chose d'inédit, d'original. Anton. classique:
5. On commence (...) à trouver l'art moderne partout, dans les tissus, les vitrines, les affiches, au théâtre, dans l'ameublement et la décoration; on étudie les effets de la couleur et de la lumière sur le travail des ouvriers dans une salle d'usine, des écoliers dans une salle de classe; le conseil de l'artiste est requis pour la forme des automobiles, des wagons ou des machines à écrire; enfin et surtout les prodigieuses créations de l'architecture donnent son style à la vie de notre siècle...
CASSOU, Arts plast. contemp., 1960, p.674.
) [Appliqué à une oeuvre, à un genre artist.] Musique, théâtre moderne; roman, tableau moderne. On pourrait dire encore que toute une poésie moderne, issue de Mallarmé, entend ne consister qu'en une pure technique du sentir (BENDA, Fr. byz., 1945, p.276):
6. Il faut donc, avant tout, connaître les aspects de la nature et les situations de l'homme que les artistes du passé ont dédaignés ou n'ont pas connus. Qui dit romantisme dit art moderne, c'est-à-dire intimité, spiritualité, couleur, aspiration vers l'infini, exprimées par tous les moyens que contiennent les arts.
BAUDEL., Salon, 1846, p.103.
Art moderne. Synon. de modern style. Dès 1899, à l'exposition de Düsseldorf (...) trois architectes (...) sont réunis dans un mouvement hostile au style «art moderne» et tendent vers un style simple, géométrique (Arts et litt., 1936, p.10-4).
[Avec un augmentatif comme archi, hyper, super ou associé avec un autre adj.] Édifice supermoderne, jazz moderne-classique.
♦Domaines de l'expr. écrite ou orale. Pour l'éclaircir et la fixer [la méthode de Locke], permettez-moi de vous la présenter dans un langage un peu plus moderne (COUSIN, Hist.philos. XVIIIe s., t.1, 1829, p.97):
7. ... si on leur déclare qu'on a été enchanté de faire leur connaissance, [ils] répondent par une abréviation qu'ils se figurent bien portée, intelligente et moderne en ce qu'elle évite de perdre en de vaines formules un temps précieux: «également».
PROUST, J. filles en fleurs, 1918, p.548.
) [Relativement à une oeuvre; appliqué à l'artiste, au créateur] Écrivain, musicien, peintre moderne. Il faut être absolument moderne (RIMBAUD, Une Saison en enfer, 1873, p.241). Ce goût du malheur fait de Baudelaire un poète éminemment moderne, au même titre que Lautréamont ou Rimbaud (ÉLUARD, Donner, 1939, p.109):
8. Les philosophes modernes ont souvent parlé de la simplicité des lois de la nature; ils ont cherché dans cette simplicité un critérium de certitude pour tous les sujets difficiles où notre raison ne peut avoir d'autre base évidente et certaine.
P. LEROUX, De l'Humanité, 1840, p. 266.
3. [Le subst. désigne une pers. ou un groupe de pers.] Qui vit à l'époque actuelle, d'aujourd'hui. Un lecteur moderne ne se représente guère un empereur romain autre part qu'à Rome: il y a des choses que l'imagination ne peut séparer (CHATEAUBR., Martyrs, t.1, 1810, p.13). Je suis de votre avis, mademoiselle, la vraie jeune fille moderne doit travailler (ANOUILH, Sauv., 1938, III, p.225):
9. Pécuchet voit l'avenir de l'humanité en noir: l'homme moderne est amoindri et devenu une machine. Anarchie finale du genre humain (...). Bouvard voit l'avenir de l'humanité en beau. L'homme moderne est en progrès.
FLAUB., Bouvard, t.2, 1880, pp.189-190.
En partic.
a) [Du point de vue matériel, soc.] Qui se veut à l'avant-garde du progrès, de la mode. Anton. démodé. Le duc (...) se croyait extrêmement moderne, contempteur plus que quiconque de la naissance, et même républicain (PROUST, Guermantes 2, 1921, p.530). Papa s'est mis en frais (...). Il est presque moderne, notre vieux, dans un costume bleu-ardoise (H.BAZIN, Vipère, 1948, p. 140):
10. ... quelques goûts distingués de l'homme moderne, ayant un pantalon de bonne nuance, un élégant chien d'Écosse, un break de bon air, entouré de cette espèce d'aristocratie des choses, que les parvenus d'aujourd'hui attrapent quelquefois sans pouvoir la mettre en eux.
GONCOURT, Journal, 1867, p.363.
♦[Appliqué à une des caractéristiques de la pers.] Des gens, autres que les fermiers qui furent introduits dans la chambre d'Armand, auraient été fort supris de sa moderne élégance (SOULIÉ, Mém. diable, t.1, 1837, p.10).
b) [Du point de vue mor., philos.]
) Qui refuse les croyances fondamentales, les valeurs établies; qui vit dans le doute, cherche des réponses à ses interrogations. Un homme moderne, et c'est en quoi il est moderne, vit familièrement avec une quantité de contraires établis dans la pénombre de sa pensée (VALÉRY, Variété IV, 1938, p.36). Tous les héros de Dostoïevsky s'interrogent sur le sens de la vie. C'est en cela qu'ils sont modernes: ils ne craignent pas le ridicule (CAMUS, Sisyphe, 1942, p.142):
11. Cet esprit de conciliation dans la mort n'a jamais mieux paru que dans Goethe. Voilà un homme qui enferme en lui toutes les incertitudes de l'homme moderne, et qui n'en laisse rien paraître. Il n'attaque rien, il ne défend rien (...). L'infinité du doute se cache en lui sous l'infinité de la foi.
QUINET, All. et Ital., 1836, p.66.
) [Avec une connotation péj.] Qui s'est affranchi de la morale traditionnelle, qui vit à sa guise. Ce besoin, commun à tous deux, de s'affirmer vicieux et bien modernes me confond (COLETTE, Cl. ménage, 1902, p.224):
12. Moderne!... voilà un mot que je n'aime pas!... et cependant, tu as raison... Bertrade est moderne... on ne peut le nier!... elle n'a aucun embarras, aucune timidité!...
GYP, M. Fred, 1891, p.4.
B. —[L'idée de présent ou de proche passé n'est pas prédominante; l'accent est mis sur l'opposition à une pers., une réalité ayant appartenu à une époque beaucoup plus anc.]
1. Qui est d'une époque postérieure à l'Antiquité gréco-romaine. Anton. ancien, antique. Civilisations, peuples modernes. En parlant du régime municipal légué par l'empire romain au monde moderne, j'ai eu l'honneur de vous dire que le monde romain avait été une grande coalition de municipalités (GUIZOT, Hist. civilisation, leçon 7, 1828, p.36). Vers quatre heures, selon la division moderne du temps, ou, selon la division antique, après la huitième heure du jour (NERVAL, Filles feu, Isis, 1854, p.651):
13. Non seulement l'ancienne Italie n'est plus, mais l'Italie du Moyen Âge a disparu. Toutefois, la trace de ces deux Italies est encore marquée dans la Ville éternelle: si la Rome moderne montre son Saint-Pierre et ses chefs-d'oeuvre, la Rome ancienne lui oppose son Panthéon et ses débris...
CHATEAUBR., Mém., t. 2, 1848, p.93.
a) [Appliqué à une pers.] Duclos disait, pour ne pas profaner le nom de Romain, en parlant des Romains modernes:un Italien de Rome (CHAMFORT, Caract. et anecd., 1794, p.141). Homère et Shakespeare ont compris dans leur cercle l'humanité et la nature; tout l'homme ancien est dans le premier, l'homme moderne dans le second (FLAUB., 1re Éduc. sent., 1845, p.244).
b) [Appliqué à une oeuvre, à un genre littér. ou artist.] Avant de comparer la littérature ancienne et la littérature moderne, il eût fallu peut-être examiner si une comparaison entre elles étoit possible (BONALD, Législ. primit., t. 2, 1802, p.207). Quoique Shakespeare ait atteint le plus haut degré peut-être où puisse atteindre la tragédie moderne, il l'a atteint selon son temps (VIGNY, Lettre Lord, 1829, p.279):
14. Voltaire est celui de nos grands poëtes tragiques qui a le plus souvent traité des sujets modernes. Il s'est servi, pour émouvoir, du christianisme et de la chevalerie, et (...) Zaïre et Tancrède font verser plus de larmes que tous les chefs-d'oeuvre grecs et romains de notre théâtre.
STAËL, Allemagne, t.2, 1810, p.242.
2. [Appliqué à un type d'enseignement] Qui ne comporte pas l'étude des langues et de la littérature grecque(s) et latine(s), mais privilégie l'étude des sciences et des langues vivantes. Anton. classique. Études modernes, (classe de) quatrième moderne:
15. Au niveau de la classe de seconde, l'enseignement moderne long se différencie en un enseignement moderne avec deux langues vivantes (...) et un enseignement moderne avec une seule langue vivante et des sciences naturelles...
Encyclop. éduc., 1960, p.132.
Lettres modernes p. oppos. à lettres classiques
En partic. [P. oppos. à langues anciennes, mortes] Langues modernes. Langues qui sont encore parlées aujourd'hui. Synon. langues vivantes. L'allemand est la seule langue moderne qui ait des syllabes longues et brèves comme le grec et le latin (STAËL, Allemagne, t.2, 1810, p.105). À quatorze ans, je savais passablement ce qu'on enseigne aux enfants qui doivent être riches: les langues anciennes et modernes qui entrent dans les bonnes études classiques (NODIER, Fée Miettes, 1831, p.70):
16. Je parle cinq langues vivantes, l'allemand, le français, l'italien, l'anglais et l'espagnol; à l'aide du grec ancien, je comprends le grec moderne; seulement je le parle mal, mais je l'étudie en ce moment.
DUMAS père, Monte-Cristo, t.1, 1846, p.194.
3. [Pour qualifier une pers., une réalité présentant les mêmes caractères qu'une pers., une réalité plus anc. et bien connue] Un moderne Cicéron, une moderne Circé. Cet esprit si doux trouva (...) des mots cruels pour le moderne Fénelon, et ces mots (...) furent cruels pour l'auréole de vertu et de philanthropie du député journaliste (STENDHAL, L. Leuwen, t. 3, 1836, p.259). Paris est demeuré la Babylone moderne où le vice coudoie la vertu, où l'infamie et le crime germent comme en une terre féconde (PONSON DU TERR., Rocambole, t.2, 1859, p.22):
17. ... de la poésie, je n'ai d'abord allégué qu'une forme étroite — le simple holocauste de mots. Je lui donnerai maintenant un horizon plus vaste, et plus vague: celui des modernes Mille et une nuits que sont les livres de Marcel Proust.
G. BATAILLE, Exp. int., 1943, p.210.
Rem. Dans ce sens, moderne peut être antéposé.
4. Domaines sc. Qui marque le début d'une nouvelle ère dans tel ou tel domaine.
a) Domaine des sc. exactes
Astronomie moderne. Celle dont le précurseur fut Copernic. (Dict. XIXe s., Lar. 20e).
Chimie moderne. Celle qu'a fondée Lavoisier. Lavoisier, le fondateur de la chimie moderne (Divin. 1964, p.165).
Géométrie moderne. Celle qui fut découverte par Descartes. (Dict. XIXe s., Lar. 20e).
Physique moderne. Celle de Galilée, de Descartes, puis de Newton. Galilée prouvant le mouvement de la terre, Descartes formulant la conception de la physique moderne (LÉVY-BRUHL, Mor. et sc. moeurs, 1903, p.44).
b) Domaine des sc. de la terre
) GÉOL. [P. oppos. aux ères précédentes]
Ère moderne. Partie de l'ère quaternaire caractérisée par l'apparition de l'homme. La partie de l'ère moderne qu'on a désignée sous le nom d'époque quaternaire, et qu'avec Lyell nous appelerons pleistocène (...); est caractérisée par l'apparition de l'homme sur le globe (LAPPARENT, Abr. géol., 1886, p.375).
Terrain moderne. Terrain de l'ère quaternaire contenant des traces de vie, notamment celles de l'existence de l'homme. La lignite ligneuse appartient à des terrains très modernes, et on retrouve encore, dans les moins décomposés (...) la forme des végétaux qui leur ont donné naissance (SER, Phys. industr., 1888, p.55).
) SYLVIC. Baliveau moderne. V. baliveau A.
c) HIST. [P. oppos. aux périodes de l'Antiquité et du Moyen Âge, et éventuellement à la période contemporaine]
Époque, histoire, temps moderne(s). Période qui débute à la fin du Moyen Âge et se termine à la Révolution française. Ce fait, dont l'histoire moderne, depuis François Ier, fournirait des milliers d'exemples analogues (DELÉCLUZE, Journal, 1825, p.127). 1789 se place à la charnière des temps modernes (CAMUS, Homme rév., 1951, p.143):
18. ...il pose les principaux jalons: ici la chute de l'empire romain; au milieu, la prise de Constantinople par les Turcs; plus loin l'histoire moderne...
RENARD, Poil Carotte, 1894, p.138.
d) POL. Capitalisme, courant, droite moderne. Un vide que Mendès France pourrait combler, à la grande satisfaction de la «gauche moderne» (Le Nouvel Observateur, 18 mai 1966).
Français moderne. V. français II C 1 a.
II.Substantif
A. — [En parlant d'une pers. ou d'une collectivité]
1. Personne ou groupe de personnes qui vit à l'époque actuelle, qui adopte les goûts, les idées de son temps. Le système colonial des modernes (...) a rendu les États européens attaquables et vulnérables jusqu'aux extrémités de la terre (SAY, Écon. pol., 1832, p.484). Au lieu de rester à votre point de vue personnel, votre point de vue de lettré, de moderne, de Parisien, pourquoi n'êtes-vous pas venu de mon côté? (FLAUB., Corresp., 1862, p.67):
19. À ces Parisiens succèdent aujourd'hui des «modernes», et je donne à ce mot tout son sens péjoratif. Les modernes sont des êtres perpétuellement affolés, pour lesquels une crise ministérielle est une source de catastrophes, la chute d'une pièce de théâtre un présage de fin du monde.
FARGUE, Piéton Paris, 1939, p.174.
2. Domaines des arts, de la cult.
a) Artiste (écrivain, musicien, peintre, etc.) de l'époque actuelle ou d'une époque relativement récente. Anton. classique. L'harmonie poétique peut se noter comme l'harmonie musicale: ce qui fait que la musique des modernes n'exprime rien, c'est qu'elle n'est pas identifiée avec la poésie (CHÊNEDOLLÉ, Journal, 1808, p.30). Personne, chez les modernes, n'avait, à l'égal de ce poète [Mallarmé], osé diviser à ce point l'efficace de la parole de la facilité de compréhension (VALÉRY, Variété III, 1936, p.17):
20. On ne devrait permettre à quelqu'un de parler art dans un journal ou dans une revue qu'après trois examens: un premier où le candidat ferait la distinction d'une peinture à l'huile avec une aquarelle; un second, d'une eau-forte avec une lithographie; un troisième, d'un Rubens avec un Raphaël dans les anciens et d'un Munkassy avec un Puvis de Chavannes dans les modernes.
GONCOURT, Journal, 1887, p.732.
b) Écrivain, philosophe, etc., d'une époque postérieure à l'Antiquité; p.ext., partisan de ces auteurs. Anton. ancien. Nos modernes (je parle des Racine, des Voltaire) n'ont pas connu ce genre de sublime [celui d'Homère], ces naïvetés étonnantes qui poétisent les détails vulgaires et en font des peintures pour l'imagination (DELACROIX, Journal, 1858, p.212):
21. Si les anciens ont été trop modestes en ne demandant à l'histoire que des enseignements relatifs à la conduite humaine, les modernes — à la suite de Renan — ont dépassé toute mesure, en faisant d'elle la forme et la fin de toutes les sciences.
MASSIS, Jugements, 1923, p.65.
Querelle des Anciens et des Modernes. À la fin du XVIIe siècle, polémique littéraire sur les mérites comparés des auteurs anciens et modernes (v. ancien II A 3). La longue querelle entre les Anciens et les Modernes sur le mérite de leurs productions littéraires, n'a jamais offert de résultat satisfaisant (BONALD, Législ. primit., t.2, 1802, p.206). La célèbre grande renaissante querelle des romantiques et des classiques. Et des Anciens et des Modernes (PÉGUY, Argent, 1913, p.1123).
B. — [En parlant d'une chose]
1. [Pour désigner une création artist., une oeuvre de l'esprit] Ce qui se situe à l'époque présente, qui est dans le goût actuel, apporte quelque chose de neuf, d'original. Anton. antique, classique. À mesure que je me plonge plus avant dans l'antique, le besoin de faire du moderne me reprend, et je cuis à part moi un tas de bonshommes (FLAUB., Corresp., 1859, p.318). Je veux parler de cette question du moderne dans l'art et dans la littérature qui inquiétait déjà les romantiques (BOURGET, Nouv. Essais psychol., 1885, p.86):
22. ... elle écume contre les Grecs, contre le Parthénon, contre Homère, contre la tragédie, contre tout ce qui est le passé. Elle dit n'aimer, ne sentir, ne comprendre que le moderne. Elle semble avoir pour tout le classique l'horreur d'un écolier pour ses pensums.
GONCOURT, Journal, 1865, p.184.
2. [P. ell. de architecture, ameublement] Bâtiment, mobilier contemporain. (Dict. XXe s.). Anton. ancien. Être meublé en moderne.
C.Loc. adv. À la moderne. Suivant la manière la plus nouvelle. Anton. à l'ancienne. Vous connaissez le château; vous savez que l'on a arrangé, habillé et réconforté à la moderne toute la partie habitée par les maîtres du lieu (BAUDEL., Paradis artif., 1860, p.367). Il a un peu d'éducation, de très gentilles dispositions pour l'humour, sait danser à la moderne (FARGUE, Piéton Paris, 1939, p.154):
23. ... il engueulait tout le monde quand même si son ordonnance ne lui trouvait pas dès l'arrivée à l'étape, dans chaque nouveau cantonnement, un lit bien propre et une cuisine aménagée à la moderne.
CÉLINE, Voyage, 1932, p.29.
[Avec ell.] Cuisiner, manger, penser, vivre, voyager moderne.
REM. 1. Moderner, verbe trans., archit., vx. Restaurer (un édifice). Voir ADELINE, Lex. termes art, 1884. 2. Modernissime, adj. Extrêmement moderne. L'ère modernissime, c'est l'acquisition de la puissance selon l'imagination enfantine (VALÉRY, Cahiers, Paris, éd. du CNRS, t.13, 1959, [1929], p.411). Paroles de soie! s'écrie cet homme modernissime (JANKÉL., Je-ne-sais-quoi, 1957, p.6).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. XIVe s. moders cas rég. plur. «les hommes des époques récentes par opposition aux Anciens» (MOAMIN et GHATRIF, Traités de fauconnerie et des chiens de chasse, éd. Håkan Tjerneld, II, Prol., 4); 2. a) av. 1455 moderne adj. «qui est du temps présent, actuel» (CHASTELLAIN, Dict. de Vérités ds Œuvres, éd. Kervyn de Lettenhove, t.6, p.223); 1remoitié du XVIe s. «qui appartient à l'époque actuelle, par opposition à son état ancien (en parlant d'une langue)» (PIERRE DURAND ds Guillaume de Palerne, éd. H. Michelant, p.XIX); 1606 les poêtes modernes (NICOT); 1680 architecture moderne (RICH.); 1690 moderne «qualifie une science ou un art dans l'état auquel l'ont porté les découvertes ou les inventions récentes» (FUR.); 1694 moderne subst.fém. «édifice d'architecture moderne» (Ac.); 1756 subst.masc. «ce qui est moderne ou dans le goût moderne» (VOLTAIRE, Moeurs, 82 ds LITTRÉ); b) 1554 [date d'éd.] «qui est de son temps, à la page (en parlant d'un homme)» (N. DU FAIL, Propos rustiques, f° D 1b); 1852 subst. masc. «élégant à la mode» (TEXIER, Tableau de Paris, I, 145 ds KLEIN Vie paris., p.49); c) 1789 l'histoire moderne (SCHWAN, Nouv. dict. de la lang. all. et fr., s.v. histoire); 1906 enseignement moderne (Pt Lar.). Empr. au b. lat. modernus «récent, actuel», dér. de l'adv. modo «seulement, naguère, peu après». Fréq. abs. littér.:6498. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a)9119, b)7827; XXe s.: a) 9718, b) 9814.
DÉR. Modernement, adv. D'une manière moderne. Nau est l'actrice qu'on pouvait rêver pour ce rôle. Elle est (...) bellement et modernement tragique au troisième acte (GONCOURT, Journal, 1890, p.1288). []. 1res attest. a) 1523 «de nos jours, récemment» (J. DURET, Les Coustumes des duchez, bailliages et prévosté d'Orléans, p.247), b) 1581 [date d'éd.] «d'une façon moderne» (FAUCHET, De l'Origine de la lang. et poés. fr., liv. 1, ch. 3 ds GDF.); de moderne, suff. -ment2.
BBG. —GALL. 1955, p.58; pp.118-119. — GECKELER (H.). Zur Wortfelddiskussion. München, 1971, pp.330-338; p.485. — GOHIN 1903, p.250 (s.v. moderner).

moderne [mɔdɛʀn] adj. et n.
ÉTYM. 1361; bas lat. modernus, de modo « récemment ».
Qui est du temps de celui qui parle ou d'une époque relativement récente (par rapport à une époque plus ancienne).
———
I
1 Actuel, contemporain, présent. || L'âge, l'ère, l'époque moderne. || Les temps modernes. || Le monde moderne (→ Apparaître, cit. 20; équilibre, cit. 20; fuite, cit. 7; lier, cit. 11). || La vie moderne (→ Effort, cit. 7; futuriste, cit.). || Civilisation (cit. 6), société moderne (→ Homme, cit. 88).États modernes (→ Aristocratie, cit. 7). || La France moderne (→ Loi, cit. 21). || Industrie moderne. || Guerre moderne.Science, technique moderne. || Esprit, pensée, sensibilité moderne. || Humanisme (cit. 4 et 7) moderne. || Français moderne (→ Lien, cit. 2).Dans ce dictionnaire, on désigne par moderne (mod.) les mots et les emplois vivants de nos jours (opposé à vieux, vieilli).Les historiens (cit. 2), les artistes modernes (→ Éducation, cit. 13). || Art moderne.
1 Berlin, cette ville toute moderne, quelque belle qu'elle soit, ne fait pas une impression assez sérieuse; on n'y aperçoit point l'empreinte de l'histoire du pays, ni du caractère des habitants (…)
Mme de Staël, De l'Allemagne, I, XVII.
2 Il ne manquait ni de goût, ni d'intelligence; mais il ne pouvait prendre son parti d'admirer ce qui était moderne. Il eût tout aussi bien dénigré Mozart et Beethoven, s'ils eussent été de son temps, et reconnu le mérite de Wagner ou de Richard Strauss, s'ils eussent été morts depuis un siècle. Sa nature chagrine se refusait à admettre qu'il pût y avoir encore, de son vivant, des grands hommes vivants : cette pensée lui déplaisait.
R. Rolland, Jean-Christophe, L'adolescent, I, p. 239.
3 Rien ne peut vaincre cette banalité que, pour un homme du XIIIe siècle, le gothique était moderne.
Malraux, les Voix du silence, p. 63.
3.1 L'art populaire agonise vers 1860 (lorsque naît l'art moderne) avec les feux de la Saint-Jean, le Carnaval et les arbres de Mai; et il entre dans l'univers des artistes au moment même où il cesse de vivre.
Malraux, les Voix du silence, p. 499.
2 Qui bénéficie des progrès récents de la technique, de la science… Neuf, nouveau, récent. || Confort (cit. 1) moderne. || Matériel, fusils (cit. 2) très modernes, d'un modèle récent. || Mathématiques modernes. || Algèbre moderne (vieilli).
4 (…) une imprimerie (…) vétuste quant à sa structure d'ensemble, moderne seulement par le détail de l'outillage (…)
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. V, XXV, p. 241.
3 (Personnes). Qui tient compte de l'évolution récente, dans son domaine. || Peintre exclusivement (cit. 2), absolument moderne. || Cette jeune fille est trop moderne pour mon goût (Académie). || Il n'est pas moderne, il est vieux jeu.
5 Il faut être absolument moderne.
Rimbaud, Une saison en enfer, « Adieu ».
6 Ce qui paraîtra bientôt le plus vieux, c'est ce qui d'abord aura paru le plus moderne.
Gide, les Faux-monnayeurs, I, VIII.
4 N. m. (XXe). || Il est meublé en moderne. || Il n'aime que le moderne.
———
II Par oppos. à ancien, antique.
1 Qui appartient à une époque postérieure à l'Antiquité (les temps modernes, en ce sens, comprennent le moyen âge et l'époque contemporaine). || Auteurs (cit. 37) anciens et modernes. || Littérature ancienne et moderne (→ Familier, cit. 5). || Le grec moderne. || La Rome moderne. || Médailles et raretés antiques et modernes (→ Bibliothécaire, cit.).
7 Ah ! madame, toutes nos langues modernes sont sèches, pauvres, et sans harmonie, en comparaison de celles qu'ont parlées nos premiers maîtres, les Grecs et les Romains.
Voltaire, Correspondance, 1206, 12 mai 1754.
8 Voltaire est celui de nos grands poètes tragiques qui a le plus souvent traité des sujets modernes. Il s'est servi, pour émouvoir, du christianisme et de la chevalerie (…)
Mme de Staël, De l'Allemagne, II, XV.
N. (Hist. littér.). || Les anciens (cit. 15) et les modernes : les grands écrivains de l'Antiquité et des temps modernes (→ Historien, cit. 3). || Querelle des anciens et des modernes, des partisans des uns et des autres.Homme des temps modernes.
9 On s'est fait illusion sur la liberté chez les anciens et pour cela seul la liberté chez les modernes a été mise en péril.
Fustel de Coulanges, la Cité antique, Introd.
2 Hist. || Époque moderne, temps modernes, et, par ext., histoire moderne, de la fin du moyen âge (traditionnellement fixée à 1453, date de la chute de Constantinople) à la Révolution française (1789), début de l'époque dite « contemporaine ».
3 Spécialt. || Enseignement moderne (sciences et langues vivantes), par oppos. à l'enseignement classique à base d'humanités. || Classe de première moderne.
CONTR. Ancien, antique, classique, haut (haute époque), passé. — Archaïque, arriéré, attardé, désuet, antédiluvien, préhistorique (fig.). — Rococo.
DÉR. Moderniser, modernisme, modernissime, moderniste, modernité.
COMP. Ultra-moderne. — V. Modern style.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • moderne — MODERNE. adj. de tout genre. Nouveau, recent, qui est des derniers temps. Il est opposé à Ancien. Il ne se dit guere que des Arts & des Sciences, & de ceux qui les traitent. Les Autheurs modernes. les Philosophes modernes. les Theologiens… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Moderne — may refer to: Moderne architecture, also sometimes referred to as Style Moderne or simply Modern , a more general term for a style of architecture that became popular in 1925 and was described in the 1960s as Art Deco Streamline Moderne, a branch …   Wikipedia

  • moderné — moderné, ée (mo dèr né, née) part. passé de moderner. Un édifice moderné …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Moderne — (Breitenbrunn,Германия) Категория отеля: Адрес: 08359 Breitenbrunn, Германия …   Каталог отелей

  • moderne — Moderne, adject. penac. Les poëtes modernes, Poetae recentis memoriae …   Thresor de la langue françoyse

  • Moderne — Der Begriff Moderne in der Geschichte Europas, Amerikas und Australiens bezeichnet einen Umbruch in allen Lebensbereichen gegenüber der Tradition. In der Querelle des Anciens et des Modernes (1687) war „Moderne“ noch ein Gegenbegriff zu „Antike“ …   Deutsch Wikipedia

  • Moderne — Mo|dẹr|ne 〈f. 19; unz.〉 1. 〈von E. Wolff u. H. Bahr 1890 geprägte Bez. für〉 Naturalismus 2. 〈allg.〉 die heutige Zeit * * * Mo|dẹr|ne, die; (bildungsspr.): 1. die moderne, neue od. neueste Zeit [u. ihr Geist]. 2. moderne Richtung in Literatur,… …   Universal-Lexikon

  • Moderne — Modernité  Cet article concerne le concept philosophique. Pour la période historique, voir époque moderne. L usage du terme moderne apparait la première fois en latin[1], et c est un concept plurivoque[2 …   Wikipédia en Français

  • moderne — (mo dèr n ) adj. 1°   Qui est des derniers temps. •   Un auteur moderne prouve ordinairement que les anciens nous sont inférieurs, en deux manières, par raison et par exemple : il tire la raison de son goût particulier, et l exemple de ses… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • MODERNE — adj. des deux genres Qui est soit de notre temps, soit d’un temps plus ou moins rapproché du nôtre, par opposition à Antique, à ancien. L’art moderne. La peinture moderne. Architecture moderne. Ameublement moderne. Style moderne. Le confort… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.